Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 17:50

 

Dans la rubrique dimanche soir & fond de placard, voici la tartine béarnaise avec les restes du fridge :

 

1 oeuf dur par tartine

1 cuillère à soupe de sauce béarnaise par oeuf dur

1 tranche de pain de mie par oeuf

et le restant de salade

 

Faites cuire l’oeuf dur. Encore chaud écaillez-le, mélangez-le à la sauce béarnaise en l’écrasant à la fourchette. Faites griller le pain de mie. Tartinez l’oeuf sur le toast et parsemez de salade. Et c’est parti pour la 57ème rediffusion de “La grande vadrouille”...


tartinebenedicte2

 

Épine noire

 

 

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 18:17

Trois fois rien (pain, ail, tomate) pour confectionner la tartine qui va faire fureur sur les tables cet été (enfin sur la mienne).

 

Une baguette de pain blanc (même de la veille)

Une gousse d’ail

De l’huile d’olive

Une ou des tomates

 

 

pain-tomate

 

Découpez la baguette (voir photos), frottez une gousse d’ail épluchée et coupée en deux sur le pain,  ajoutez quelques gouttes d’huile d’olive (ou si vous possédez un pulvérisateur à huile -si-si, ça existe, c’est le moment de vous en servir).

 

Mettez le pain à griller, de préférence sur une plaque allant sur le gaz  plutôt que dans le grille-pain (ben voui, l’huile qui tombe sur la résistance, le grille-pain prend feu, la cuisine avec, les pompiers c’est le 18). Pour les fans de pain grillé au barbecue (Ji-Ef, je te vois !) ça le fait aussi...

 

Une fois le pain grillé, découpez une tomate en deux et frottez-la côté pulpe sur la mie du pain grillé.  Ayé c’est fini...

 

Vous m’en direz des nouvelles (pour accompagner le p’tit blanc bien frais) !

 

panneau1


Repost 0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 19:35

Je ne sais pas si vous avez vu le nom de certains ministères après le remaniement d’hier soir, mais y’en a certains leur titre va avoir du mal à tenir sur une carte de visite (je plains l’imprimeur).

 

Alors après cette réflexion de très haute volée, voici un petit truc à grignoter avec juste deux ingrédients. C’est une variante du Préfou (pain à l’ail vendéen).

 

- une baguette précuite (le truc moche au rayon boulange industrielle)

- un boudin de beurre à escargots (rayon surgelés)

 

Préchauffez le four (6)

Fendez la baguette dans la longueur d’un sol côté. Découpez de belles rondelles dans le beurre d’escargots et disposez-les sur la baguette.

 

prefou1


 

Enveloppez la baguette bien serrée dans de l’aluminium et mettez-la au four pendant 1/4 d’heure (le temps que le beurre fonde).

 

Sortez la baguette du four sans la désaper de son papier d’alu (elle a bien ramolli). Appuyez fortement dessus pour l’aplatir et ouvrez légèrement de papier d’alu. Remettez-la au four 5 minutes histoire de la rendre croustillante.

 

Reste plus qu’à découper la baguette en tranches fines et de déguster immédiatement.

 

prefou2

 

Vous verrez, le nombre de personnes qui adorent le beurre d’escargot (mais sans les escargots).

 

Et pour finir une photo de petits croûtons maison (morceaux de pain revenu dans l’huile d’olive et une pincée d’ail semoulé) nettement meilleurs que les trucs en sachet.

 

painaillé

 

Salutations beurrées de la secrétaire générale attachée au ministère des blogs de cuisine, tambouille et boustifaille, déléguée à la bonne tenue des pixels (épine noire, ouf).

 

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 16:38

 

pouletpatate

 

 

C’est pas léger, léger mais c’est super moelleux... Et puis le poulet sans peau c’est hypocalorique (comme la chanson d’Alice Donna*). Vous pouvez aussi prendre de la crème liquide légère.


- 1 escalope de poulet par personne (épaisse)

- huile + beurre

- 1 brique de crème liquide

- 1 gousse d’ail émincée ou de l’ail semoulé

- poivre, sel parfumé type Herbamare ou Aromat Knorr

- persil


Découpez les escalopes de poulet en grosses bouchées. Faites chauffer dans une sauteuse un peu de beurre et l’huile et faites revenir les morceaux de poulet de façon à ce qu’ils soient bien grillés.


Arrêtez la cuisson, verser la crème liquide, l’ail semoulé, le ou les sels, touillez et couvrez.

 

On passe à l'accompagnement avec :

J’ai une de ces patates ! (dixit la chanson de Charlotte Marin*)


- 1 grosse pomme de terre par personne

- beurre

- 1 kubor (bouillon Kub) pour 3 pommes de terre

- 1 verre de lait (ou lait en poudre)


Epluchez les pommes de terres, coupez- les en tranches d’environ 1 cm. Dans une sauteuse, faites fondre le beurre, ajoutez les pommes de terre et émiettez le ou les bouillons Kubor. Il faut juste que les pommes de terre soient enrobées d’un peu de graisse. Pendant que les patates sont sur feu doux, faites chauffer de l’eau (la bouilloire est derrière). Versez l’eau bouillante à mi-hauteur des pommes de terre, couvrez-les et mettez le diffuseur sous la sauteuse.


Laissez cuire doucement environ 10 minutes. Les pommes de terres vont fondre. Lorsqu’elles sont pratiquement cuites (et ça va vite) ajoutez un verre de lait  (ou saupoudrez de lait en poudre). Remuer bien et arrêtez la cuisson.


Au moment de passer à table, faites réchauffer doucement le poulet. Remettez le gaz (ou l’élec’) sous les patates. Comme elles auront absorbé le liquide, maintenant c’est l’étape qui va les faire griller.

 

pouletpatate2


Servez le poulet et les pommes de terre ensemble en les saupoudrant généreusement de persil (persil beaucoup ! Mais de rien !)

 

 

Épine Noire

 

* disponibles sur la Compil des Rabelaisines

 

 

 

 

Repost 0
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 11:39

En rendant visite à mes blogs favoris (qui ne sont pas culinaires), un article de Tinou m’a fait saliver et le jour même je lui piquais sa recette (lègerement modifiée).


Si vous aimez la tartiflette ça devrait vous plaire... ça n’a rien à voir mais le principe est le même. Et c'est d'une simplicitude...


un demi chou-fleur cuit à la vapeur

(Vous pouvez acheter un chou-fleur entier sans avoir à en manger à chaque repas. Faites-le cuire, préparez-en une partie et congelez le reste.)

3-4 pommes de terre cuites à l’eau

1 bûchette de fromage de chèvre (standard ça ira bien)

1 sachet de lardons (toujours avoir des lardons au congel*)

1 briquette de crème liquide

poivre

beurre et chapelure


Dans un plat à gratin disposez un fond de pommes de terres cuites et coupées grossièrement en cubes, ajoutez les tranches de chèvre, poivrez.  Mettez les lardons préalablement cuits, émiettez le chou-fleur cuit par-dessus. Verser la crème liquide, quelques morceaux de beurre et la chapelure.


Tout ça au four pour 30 à 45 minutes (th. 6) le temps que ça gratine. Vous pouvez servir ce gratin dans des petits bols (pour conserver bien au chaud) avec une salade.


Le fromage de chèvre et les p’tits lardons associés au chou-fleur ça renouvelle bien l’éternel fleuron de Bretagne. Et en plus d'être délicieux et ben ça fait reculer toutes les horloges d’une heure !


 

 



épine noire
 

* rien à voir avec l’affaire Courjault. Ok, je sors...

Repost 0
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 19:23
Que faire avec un paquet de crevettes surgelées “Tiger” (rien à voir avec l’OS de mon ordi, les connaisseurs apprécieront...) ? J’ai goûté une fois des tigers sautées au poivre, c'était délicieux mais cet enfoiré de cuistot n’a pas voulu me donner la recette ! Qu’il soit maudit pendant trois générations !

Un p’tit tour sur le net pour voir ce que je pourrais faire avec ces bestioles et les ingrédients du placard... J’ai trouvé, j’ai un peu modifié et je me suis régalée.

Pour 6 crevettes (tiger ou autres)
undefined

du gingembre en poudre
de la sauce de soja (une bonne cuillère  à soupe)
du poivre noir moulu ou poivre concassé
du miel liquide (une cuillère à soupe)
de la ciboulette
et du jus de citron (jaune ou vert peu importe)
huile



Faire décongeler à l’air libre les crevettes arrosées du jus de citron. La décongélation est rapide, compter à peine une heure pour 6 pièces.

Enlever la carapace des tigers en laissant la tête et la queue. Ne dépiautez que le corps quoi !

undefined









"déshabillez-moi..."





Faites chauffer l’huile dans une poêle ou encore mieux un wok. Ayez tous les ingrédients disponibles sous la main car c’est très rapide :

l’huile étant chaude, jetez les crevettes dans la poële, saupoudrez légèrement de gingembre (molo sur le gingembre, il m’a un peu échappé des doigts !), ajoutez le miel et la sauce de soja, un tour de moulin à poivre.

Remuez rapidement, retournez les crevettes. Elles sont cuites lorsque la tête et la queue deviennent rose et la chair du corps blanche. Vous pouvez terminer par un peu de jus de citron et saupoudrez de ciboulette. C’est déjà prêt ?!

undefined














épine noire
Repost 0
4 décembre 2007 2 04 /12 /décembre /2007 19:17
Que ce soit pour ceux et celles qui vont s’épuiser en préparatifs à l’approche des fêtes ou les autres qui ressentent un coup de mou pour la même raison, j’ai la recette pour recharger les batteries avec
keudal !

Du fromage de chèvre semi-frais (c’est suivant les goûts)
Du pain (même du main de mie)
Du miel (liquide de préférence, celui d’acacia ne se cristallise pas)
Des herbes de provences

tartine1.jpg






























Faire préchauffer le four de façon à pouvoir faire gratiner les tartines.
Tartiner généreusement de fromage chèvre le pain.
Passer au four jusqu’à ce que le fromage commence à gratiner et le pain soit doré.
Sortir du four et déposer une bonne cuillère à café de miel, saupoudrer d’herbes de provences.
tartine2.jpg


En principe quand on commence avec ces tartines on a du mal à s’arrêter... (j’ai calé à 4).

épine noire

 
Repost 0
19 novembre 2007 1 19 /11 /novembre /2007 19:53
C’est de saison non ?

Voici une recette de soupe plat complet à faire en solo ou version famille nombreuse.

















   


1 blanc de poulet par personne (un blanc épais, pas une escalope)
un gros oignon
1 gousse d’ail
un sachet de nouilles chinoises (au choix les vermicelles transparents ou celles aux oeufs)
4 à 6 cubes de bouillon de volaille
sauce de soja
huile de sésame (en vente dans les magasins exotiques)
poivre
persil, ciboulette (du congel)
purée de piment (facultatif)

Plonger les blancs de poulet dans une casserolle de bouillon de volaille (2 cubes) et les faire cuire.
Emincer l’ail et l’oignon.
Sortez les blancs de poulet et laisser les refroidir. Faites cuire les nouilles dans le même bouillon que le poulet (en respectant le mode d’emploi suivant le choix des nouilles).
Détailler les blancs de poulet avec les doigts en suivant les fibres pour en faire des bouchées.
Faites revenir l’oignon, l’ail et les bouchées de poulet dans une poêle avec de l’huile de sésame (sinon, une huile basique, mais celle de sésame donne un p’tit goût de poulet grillé...) juste histoire de les colorer. Poivrer.

Dans des bols individuels, mettre les nouilles égouttées, 1 cube de bouillon de volaille, le poulet-ail-oignon et verser de l’eau bouillante dans les bols (et la bouilloire elle sert à quoi ?).

Ajouter selon le goût la sauce de soja pour saler, une bonne rasade de persil et de ciboulette. Cela doit être très chaud. Pour les plus courageux une pointe de purée de piment histoire de s’embraser le palais.



Si avec ça vous n’êtes pas réchauffés, je rends ma louche. Et je tiens à rassurer les donzelles qui sont au régime “Nan ! Y’a pas de gras !”. Et puis ça ne fait pas grandir non plus, j’en sais quelque chose...

Et pour finir en parlant de bonne soupe, y’a plein d’idées ici.

Du coup j’ai innové avec une vulgaire soupe tomate-vermicelles en sachet agrémentée de billes de mozzarella et des bâtonnets de carottes crues. Slurrp !



épine noire
Repost 0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 19:13
Ma charmante voisine m’ayant donné des poireaux du jardin, j’allais m’empresser de faire une tourte volaille/poireaux mais le courage me manquait (et l’appétit aussi, faut au moins être 4 pour cette tourte). En plus je n’avais qu’une seule pâte feuilletée et même pas de poulet qui traînait dans le congel. Alors que faire ?

Je ne suis pas douée pour les tartes (à part celle au chocolat). J’ai un (mauvais) souvenir d’une tarte à la mûre (enfin aux mûres, y’en avait une poignée) que j’avais fait dans ma jeunesse et qui m’a définitivement écarté du surnom affectueux que mon père donnait à ma mère : la reine des tartes !

Il a fallu une tronçonneuse pour couper la pâte et il restait 3 mûres par personne. J’avais 14 ans et je n’ai jamais récidivé une tarte aux fruits.

Donc me voilà avec une pâte feuilletée surgelée, 2 poireaux, 3 œufs, 3 cuillères de crème fraîche et un vieux rogaton* de Ste Maure bien sec. Et quand je dis bien sec, pour reprendre une expression de ceux qui ont connu l’occupation (salut Mamy) : “on pourrait assommer un boche à 15 pas avec !”

Allez, je me lance :

Couper les poireaux en tronçons et les faire revenir dans du beurre.
Etaler la pâte (préalablement décongelée et sans enlever le papier dessous) dans un moule à tarte. Bien relever les bords et découper ce qui dépasse aux ciseaux (ben tiens, ça marche tout seul !).
Faire préchauffer le four thermostat 6/7.
Battre les 3 œufs entiers avec 3 cuillères à soupe de crème fraîche, un peu de sel (houlà je me méfie du chèvre) du poivre.
Râper le rogaton* de Ste Maure et pas avec une râpe de tarlouze (comme dirait un copain : nos fromages on les découpe à la disqueuse et on achète nos brosses à dents chez Liroye Merline !).

Ajouter les poireaux fondus, bien mélanger et verser cette préparation sur la pâte.

Au four, environ 20 minutes. Allez jeter un coup d’oeil tout de même et avec le petit couteau pointu vérifiez la cuisson.

Et voilà le travail :




















En plus c’était vachement bon !

* rogaton : reste de restant de fromage ayant largement dépassé la date de présentation sur une table de la bonne société, ou alors uniquement avec des copains initiés.

épine noire
Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 20:11
Il vous reste un peu de vin de la veille ? Oui, je sais, c'est rare, mais samedi soir, je recevais une copine m'ayant amené une bouteille (en plus d'avoir rapporté ma ponceuse) et rentrant dans sa campagne,  nous n'avons pas liquidé le pif (alcool + volant = mal... j'vous fais un dessin avec l'embarcadère des schtroumpfs ?)

Donc, après un dimanche de ponçage/peinturlurage et avant d'entammer une semaine de taf, rien de tel qu'un petit plat réconfortant juste avant de se couetter devant la télé.

Les zingrédients (rien de bien folichon, voyez-vous même) :






Un reste de vin (2 verres mini)
1 échalotte
1 bonne poignée de lardons (salés, fumés, c'est comme vous voulez, ayez toujours un paquet au congel)
1 quignon de pain
2 oeufs
un peu de sucre en poudre
du poivre, du persil (congel aussi !)




Dans une casserole, faites revenir dans un peu de beurre l'échalotte émincée. Ajoutez les lardons, faites les revenir un peu, puis versez le vin. Poivrez, saupoudrez de sucre (un petit peu, c'est juste pour ôter l'acidité du vin). Faites cuire cette préparation en touillant jusqu'à ce que ça bouille...

Vous pouvez évidemment réaliser cette préparation à l'avance...

Une fois la sauce prête (ben oui goûtez pour voir), cassez les deux oeufs dans une assiette creuse -attation à pas les éclater malheureuse !- puis "bennez" les délicatement dans la sauce chaude et là, très délicatement faites-les pocher. Bon, je me débrouille avec une écumoire pour rameuter les blancs au milieu...

Vous pouvez pocher les oeufs à part, c'est-à-dire dans une grande casserole d'eau bouillante légèrement vinaigrée (mais ça c'est pour les grandes quantités, et honnêtement au-dessus de deux personnes, ça devient vite le Bronx).

Ca y est c'est prêt ? Les oeufs sont pochés ? N'oubliez-pas de faire griller deux tranches de pain. Posez vos oeufs (avec l'écumoire) dans une assiette creuse et versez dessus la préparation. Saupoudrez généreusement de persil. Disposez les deux tranches de pain.

Ca devrait ressembler à ça (sauf que moi je l'ai crevé...bouhouhou).




















Voilà mon plat de dimanche soir préféré...



épine noire
Repost 0