Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 18:42

 

Voilà de quoi détrôner le classique cake lardons-fromage de nos tables...

Le muffin c’est beaucoup plus léger (caloriquement et gustativement) et puis vos invités ne vous regarderont plus d’un oeil torve “Han elle nous a encore fait sa saloperie de cake aux lardons”... Eventuellement ça ravira les végétariens. 

  • 200 gr de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 2 oeufs
  • 2 cuillères à soupe de fromage blanc
  • 5/6 tomates séchées (achetez un bocal, il se conservera à l’aise au frigo)
  • basilic
  • poivre

Détaillez les tomates séchées en fines lanières (avec un couteau !)

Dans un bol, mélangez la farine et la levure

A part, fouettez les oeufs et ajoutez le fromage blanc, battez-moi tout ça à la fourchette, puis mélangez avec la farine/levure.

Ajoutez les tomates au mélange ainsi qu’un peu d’huile du bocal des tomates séchées. Celle-ci étant bien parfumée, vous pouvez également mettre un peu de basilic et du poivre. Ca se passe allègrement de sel...

Pour les aficionados des cakes, vous remarquerez que la préparation est moins liquide.

Versez la préparation dans un moule à cake, ou raffinement suprême dans un moule à muffins en silicone (c’est comme un moule à madeleines mais pour muffins, dans ce cas ne remplissez pas à ras-bord). Donc, je disais dans un moule à cake préalablement huilé et fariné.

Hop, au four thermostat 6/7 pendant 1/2 heure. Vérifiez tout de même la cuisson avec la pointe d’un couteau. Ca cuit plus vite qu’un cake, vu qu’il n’y a pratiquement pas de matière grasse.

On démoule, on laisse refroidir (ça se garde bien 2 jours dans un torchon).

On découpe ça en tranchounettes et on sert ça négligemment avec le rosé qui va bien. Et le premier qui la ramène en se risquant avec “C’est un cake ?”, on lui répond l’air détaché, derrière les lunettes de soleil “Nan, c’est un meufine aux tomates séchées”.

épine noire

 

Repost 0
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 12:14

Alors qu’à Paris, on fait l’apologie du cupcake... Vous ne savez pas ce que c’est ? Vous ne perdez rien, c’est immonde, de goût et d’aspect. Pendant que la parisienne organise des sessions pour apprendre à décorer ses cupcakes -genre atelier pâte à modeler- ou donne rendez-vous à ses copines de shopping dans le dernier établissement élevé à la gloire de cette gerbante pâtisserie, les provinciales tourangelles campent sur leur position de la classique et éternelle madeleine.

Vous avez déjà réussi à vous écoeurer avec les madeleines de Bonnemine ? Voici sa recette “so glamour, so fashion”. C’est roots et vintage à la fois (et ben wé nous aussi on peut écrire comme les modasses de la capitale !). So trendy !

Préchauffer le four (thermostat 8)

Dans un saladier, battre deux œufs avec 150g de sucre. Ajouter 125g de beurre salé préalablement fondu au micro onde, puis 150g de farine.

C'est tout !  
Remplir la plaque à « madeleines » et mettre au four 10mn. Avec un moule en silicone, c'est « inratable » !

Ces madeleines se conservent presque trois semaines dans une boite à gâteaux.

 

Et pour accompagner les madeleines, voici les :

Pommes à la cannelle

Eplucher des pommes et les couper en quatre dans un plat creux allant au micro onde.

Saupoudrer généreusement de sucre en poudre et de cannelle en poudre.

Arroser en suite les pommes avec de l'eau jusqu'à ce qu'il y ait un à deux cm d'eau dans le fond du plat.

Recouvrir et cuire 8 à 10mn au micro onde. C'est prêt !

 

(A déguster tiède ou très froid avec de la chantilly et une boule de glace vanille…)

On leur donne deux mois pour se lasser de leurs cupcakes aux ayatollah culinaire du 75 et revenir aux fondamentaux !


Epine noire (élevée à la madeleine de Commercy) & Bonnemine


glamour : ça se mange sans faim

fashion : à la mode de cheux nous

roots : nature, authentique et sans colorant

vintage : rétro et indémodable

trendy : complètement tendance et intemporel

 

Repost 0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 17:39
suivi de “gros sur la patate” et non pas “roi des forêts”...

Voici une recette d’une simplicitude et surtout très raffinée qui officie sur les tables de fêtes (chez moi) : le lapin au Vouvray.

C’est une recette du feu restaurant “le Lyonnais” (qui se trouvait rue nationale à Tours, en place et lieu de la Taverne). C’est vous dire la classe du plat ! A l’époque avant de passer à table au restaurant, on patientait dans leur bar anglais “Le Chistopher” au rez-de-chaussée où j’ai même égaré une boucle d’oreille tellement le canapé chesterfield était  confortable (et la vodka-lime pas dégueu !).

Pour en revenir au lapin au Vouvray, le gros avantage c’est que l’on passe la soirée à table avec ses invités et non pas dans sa cuisine à jongler avec ses casserolles pendant que les autres rigolent. Mais vous faites ce que vous voulez...

Pour 4/5 personnes

1 beau lapin coupé en morceaux
1 bouteille de Vouvray plat (non pétillant) sec ou demi-sec
2 oignons
3 carottes
une cuillère à soupe rase de gros sel gris de Guérande
Un gros pot de crème fraîche (50 cl)
Poivre

Mettez le lapin dans un grand saladier, versez la totalité de la bouteille de Vouvray (et oui dommage...), le sel puis les oignons émincés et les carottes épluchées en lanières avec l’épluche-légumes. Mélangez tout ça et recouvrez d’un linge.


Laissez le lapinos dans cette position pendant 24 heures.

Le lendemain dans une cocotte, faites revenir les morceaux de lapin égouttés dans un mélange beurre/huile. Et versez la totalité de la marinade dans la cocotte. Faites mitonner, mitonner, mijotez, cuire et recuire à feu couvert et doux. Je procède en plusieurs fois : à raison d’une heure par-ci et par-là en mélangeant. Pas loin de 3 heures en tout...

Lorsque il ne reste plus qu’un tiers de la marinade, on peut dire que le lapin est cuit et avant un dernier coup de chauffe pour le servir, versez le pot de crème fraîche et poivrez. Goûtez, rectifier l’assaisonnement, mélanger bien (de toutes façons à ce stade c’est pratiquement de l’effilochée de lapin).

Et pour accompagner ce plat très parfumé, l’accompagnement doit être neutre et pour cela je vous livre la recette de :

Gros
(sel) sur la patate


1 grosse pomme de terre par personne
du gros sel gris de Guérande

Lavez les pommes de terre, ne les épluchez pas. Coupez-les en deux dans le sens de la longueur, puis frottez les (côté pulpe) avec du gros sel de Guérande. Eliminez le surplus de sel. Mettez-les au four (6) pendant une heure. Quand une peau dorée s’est formée à la surface, c’est que c’est prêt !

Un conseil : enfournez les pommes de terre au moment de l’apéritif, elle seront à point pour servir avec le lapin.



Verdict : la viande de lapin étant très fine, a absorbé tous les arômes du Vouvray, la sauce crémeuse mais légère qui l’enrobe est un ravissement pour tous les palais. Bref c’est une tuerie, ce lapin au Vouvray !

Epine noire

Repost 0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 17:17
Pour les fêtes c’est toujours le casse-tête pour trouver un (ou des) plats qui sortent de l’ordinaire tout en restant un peu traditionnels. A commencer par l’apéritif : je dis stop aux montagnes de toasts tartinés aux oeufs de lump et ersatz de foie gras. Je dis non aux feuilletés tièdes qui vous transforment la bouche en beurrier. A croire qu’on veut se couper l’appétit avant de passer à table.

Certes confectionner soi-même ces amuses-gueules, ça demande un peu plus de temps que les plats tous préparés et autres sachets de p’tits gâteaux apéros pré-mâchés mais honnêtement ça a une autre gueule et un autre goût.

Les cuillères

Un pot de confit d’oignons
Un petit bocal de foie gras entier

Disposez dans des cuillères apéritives du confit d’oignons et par-dessus un morceau de foie gras.



Les mini-caquelons

Une plaquette de 4/5 tranches de saumon fumé
2 cuillères à soupe de crème fraîche
sel, poivre
une cuillère à soupe de ciboulette
Une petite verrine d’oeufs de truite

Effilochez les tranches de saumon et mettez les dans le bol du mixeur. Ajoutez le sel, le poivre, la ciboulette et la crème fraîche. Mixez de façon à obtenir un mélange assez compact. Laissez au réfrigérateur quelques heures. Au moment de servir, disposez la crème de saumon dans des petits récipients individuels puis ajoutez une cuillère d’oeufs de truite.



Brochettes pêches/canard & raisins/viande des grisons

Une plaque de magret de canard séché découpé en tranchounettes
Une boîte de pêches au sirop

Otez le gras du magret. Egouttez, épongez les oreillons de pêches. Coupez-les en dés et enroulez une tranche de magret autour et piquez avec un petit pique en bois.

Une plaque de viande des grisons
Du raisin noir

Sur un pique en bois, enfilez (rhôôôôôô) un grain de raisin, une tranche de viande des grisons pliée comme un noeud papillon et un autre grain de raisin.

Mini-sandwiches (pour en finir définitivement avec les toasts)

Pain de mie sans croûte
Mousse de canard au porto ou autre..

Tartinez la mousse de canard sur des tranches de pain de mie. Recouvrez une autre tranche, puis aplatissez les sandwiches en les mettant (par exemple sous un plat bien lourd) et au fridge.
Avant de servir coupez ces sandwiches en triangle deux fois (dans un sens et dans l’autre). L’avantage, contrairement aux toasts à la con, c’est qu’ils ne dessèchent pas.

Vous pouvez également servir des chips de betterave et des sucettes de tomates cerises.

Ce sont de très jolies et très délicieuses mises en bouche qui ne sont pas étouffe-chrétien (joyeux Noêl) et vous permettront de passer au repas proprement dit sans redouter de caler à la deuxième huître. De plus, aucune ne demande de passage au four, donc moins d'aller-retour de prévu en cuisine, surtout quand on porte 10 cm de talons (hein les filles ?!).

Epine noire
Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 17:21
Préparation : 30'
Cuisson : 30 à 35'


Ce qu'il faut pour 4 personnes :
  • Des ris de veau (étonnant ?!) 2 de 15 cm de long sur 5 de large (crus) ou 1 par personne s'ils sont affamés ou en plat unique … Il réduisent à la cuisson (pour les novices comme moi qui n'en avais jamais fait avant ;-)
  • 2 oignons
  • 2 carottes
  • 200 g de beurre (remplacé par de l'huile, pour ma part)
  • 400 g de morilles
  • 20 cl de crème fraîche
  • Sel & poivre du moulin

Choisir des ris de veau bien blancs et demander au tripier/charcutier/boucher (au choix) de retirer la membrane gélatineuse (je ne l'ai pas fait et j'ai dû la retirer moi-même, de ce fait, le temps de préparation est beaucoup beaucoup plus long 9) et la gorge ( ? pas vue !) trop filandreuse.
Faire bouillir de l'eau avec un cube épicé et un cube de bœuf Maggi (nos idées ont du génie…Heureusement) et plonger les ris de veau 5 minutes
Retirer les ris de veau du bouillon et les mettre 3 minutes dans l'eau froide
Les éponger soigneusement (non, on ne se les envoie pas à travers la cuisine chacun son tour…)
Perler et émincer les oignons
Peler et couper les carottes en rondelles
Faire fondre 150 g de beurre (remplacé par 3 càs d'huile) dans une cocotte. Ajouter les carottes et les oignons.
Remuer sur feu moyen pendant 5' et verser les ris.
Faire cuire 25' dur feu doux, en couvrant la cocotte à moitié et en retournant souvent les ris pour qu'ils blondissent de tous côtés.

Passer rapidement les morilles sous l'eau froide et les éponger. Couper les queues.
M. Picard il en vend des toutes prêtes, ce qui fait gagner un temps précieux ; en plus, finie la galère du sable !
Les faire sauter doucement dans une casserole avec le reste du beurre (de l'huile : 2 càs).
Ajouter la crème et laisser étuver doucement pour qu'elle enrobe bien les champignons
Saler et poivrer.
Lorsque les ris sont cuits, les égoutter et passer le jus de cuisson (les oignons et carottes peuvent être servis à part pour les amateurs ou incorporés dans une soupe pour un dîner « léger » ;-))
Les ajouter avec leur jus dans les morilles à la crème.
Remuer et faire étuver à couvert pendant 5'.
Mettre un plat à chauffer pour le service.
Rectifier l'assaisonnement, si besoin.
Servir dans le plat chaud, sans attendre.


En accompagnement : quelques petites pommes de terre ; un Bourgogne rouge (un petit Volnay ?) ou un Bordeaux de derrière les fagots !
Déguster en silence … Ca vaut bien un peu de recueillement !

Sophie & Tête de Loup

Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 17:13

- 300 gr de queues d'écrevisses fraîches ou congelées
- 300 gr de St jacques avec ou sans corail fraîches ou congelées
- 2 gousses d'ail
- persil
- 25 cl de crème liquide
- sel
- poivre
- Maïzena


Faites revenir les écrevisses et les noix dans du beurre jusqu'à décongélation, à feux doux
Séparez le jus de cuisson et les éléments
Dans une sauteuse, mettez une noix de beurre et faites rissoler à feu doux l'ail concassé et le persil 2 à 3 minutes
Ajoutez le jus de cuisson, faites réduire pendant 5 minutes
Ajoutez la crème liquide (selon quantité désirée)
Portez à ébullition et faites réduire quelques instants
Liez la crème avec de la maïzena pour obtenir un roux blanc, portez à ébullition jusqu'à l'obtention d'une sauce nappante
Ajoutez les écrevisses et les St Jacques,
Faire chauffer .

Bonne dégustation


Tête de Loup

Repost 0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 17:05




500 gr d'échine de porc, ou palette, ou joue
3 cuillères à café de cassonade
1 petit flacon de sauce soja
Poivre
2 tubercules de gingembre
Une gousse d'ail
1 oignon
1 cuillère d'huile d'olive




Coupez la viande en lanières (le mieux est de le faire faire par votre boucher s'il est sympa)
Epluchez le gingembre
Dans un saladier, mettez la viande, le gingembre, l'huile d'olive, l'ail haché, l'oignon haché
Bien mélangez et laissez mariner une nuit

Dans une sauteuse, mettez la cassonade et le soja, et laissez caraméliser
Ajouter la viande marinée dans la casserole en laissant un peu de gingembre (je mixe une tubercule -c'est bien connu, c'est aphrodisiaque-)
Laissez mijoter une heure
Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire


Servir chaud avec des nouilles chinoises ou du riz Basmati et arrosé d'un petit  rosé de derrière les fagots (genre Perle de Chine)

A vos baguettes …

Tête de Loup

Repost 0
7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 17:17
Eh oui, c'est le début des figues, il faut en profiter pour réaliser ce délicieux gratin, qui ravira votre chéri et vous le collera sur le canapé pour la nouvelle saison “desesperates housewives".


700 gr de figues fraîches
30 gr de farine
5 œufs
une grosse noix de beurre
30 cl de lait
le zeste _ citron
le zeste _ orange
170 gr de sucre en poudre
sucre de glace
1 pincée de sel

Pour commencer, séparez les jaunes des blancs d'œufs

Dans une casserole, mettre la farine et les 5 jaunes d'œufs que vous travaillez avec une cuillère en bois
Une fois le mélange lisse, ajoutez le lait et 120 gr de sucre en poudre
Mettez la casserole sur feu doux tout en travaillant continuellement avec la cuillère
Au tout premier bouillon, la crème doit napper la cuillère
Arrêtez aussitôt la cuisson
Ajoutez les zestes à la crème
Laissez refroidir et réservez

Préchauffez le four à 210° (thermostat 7).

Une petite astuce pour savoir la température de votre four, si ce sont des chiffres genre 1 - 2 - 3 …multipliez par 3 -et ajoutez un 0 à la fin- et vous aurez la température, inversement si ce sont des degrés genre 210°divisez par 3.

Pelez et coupez en deux les figues
Dans une poêle, faire fondre le beurre et faire sauter les figues en ajoutant le reste du sucre 50 gr. Laissez caraméliser les figues à feu vif.

Dans un plat à gratin, étalez 4 cuillères de crème et disposez les figues dessus.

Montez les blancs en neiges sans oublier d'ajouter une pincée de sel fin. Incorporez ces blancs au reste de la crème et nappez les figues avec cette préparation.

Saupoudrez de sucre glace et enfournez pour 10 minutes (surveillez pour que ce soit doré).

Dégustez bien chaud.

C'est un régal pour les papilles.

NB : je n'ai pas essayé avec d'autres fruits mais je pense que les pêches, abricots peuvent aussi remplacer les figues.

Tête de Loup

Repost 0
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 17:19

 

C’est encore un truc fun à tartinocher pour un apéritif dinatoire.


3 boîtes de sardines à l’huile

1 cuillère à café de poivre vert (vendu en verrine)

1 poivron vert

2 cuillères à soupe de mayonnaise de Dijon

sel aromatisé, poivre, persil, ciboulette

Un mixer (ça facilite...)


Découpez le poivron en deux, ôtez les graines et filaments puis mixez-en une moitié.

Ouvrez les boîtes de sardines, jetez le maximum d’huile.

Enlevez l’arête centrale des sardines ainsi que les parties marron.

Mettez les sardines ainsi préparées dans le mixer avec le poivron, le poivre vert, la mayonnaise, le sel, poivre, ciboulette et persil.


Mixez jusqu’à obtenir une mixture onctueuse. Dans un bol ou encore mieux une petite terrine, versez la préparation, ajoutez quelques grains de poivre vert et décorez avec quelques morceaux de poivrons vert taillés en allumettes.


Conserver au frais avant l’assaut final sur les tartines.


épine noire 

Repost 0
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 19:26
undefinedPendant que Tête de Loup m’envoie les photos de ses deux desserts (2 pour la valse, si c’est plus, c’est une ronde) je voudrais savoir si quelqu’un a pensé à dire à Laurence Parisot que la petite souris ne passera plus à son âge.

Ca fait quand même deux fois qu’elle passe à la télé avec un chicot en moins ! Faudrait peut-être lui signaler que certaines mutuelles prennent en charge les implants. Oui, d’accord c’est un peu cher, mais je ne pense pas que ses fins de mois soient aussi difficiles qu’un smicar. Ou alors y’a quelqu’un qui pique dans la caisse de la mutuelle entreprise ? Encore ? Franchement la patronne des patrons “berchue” c’est la classe ! Le sourire Pleyel (une blanche, une noire) je croyais que c’était réservé au chanteur des Pogues (qui depuis s’est fait refaire la salle à manger) !

Bon, on parlant de manger, nous, on a toutes nos dents et en plus c’est du sucré !


Douceur de bananes


undefined1 pot de confiture de lait
4 bananes
Chantilly (ou faire une crème fouettée : sucre glace et crème fraîche)
Quelques Spéculos

Écraser des bananes avec la confiture de lait
Battre la crème fraîche et le sucre glace ou pour les moins courageux prendre de la chantilly
Écraser des spéculos

Mettre au fond d'un verre une couche du mélange banane, confiture de lait,
Recouvrir de crème fouettée, et décorer avec les spéculos.

Pas très léger en fin de repas, mais délicieux


Biscuité chocolat orange

Pour 6 personnes

undefined200 gr de chocolat riche en cacao
50 cl de crème fraîche épaisse
1 paquet de spéculos
1 orange non traitée
1 blanc d'œuf
1 pincée de cannelle
1 gousse de vanille ou vanille liquide

Faire fondre le chocolat dans une casserole avec un peu d'eau. Râper le zeste de l'orange et l'ajouter au chocolat (en garder un peu pour la déco). Ajouter la cannelle
Chauffer doucement la crème avec la vanille
Incorporer doucement le chocolat à la crème, mélanger pour obtenir une crème très lisse. Laisser refroidir.
Battre le blanc d'œuf très ferme et le mélanger doucement à la crème refroidie.
Mixer les spéculos et les écraser avec une fourchette.
Répartir une couche de spéculos dans six verres, recouvrir de crème, une autre couche de spéculos, et une couche de crème. Mettre au frigo 4 heures
Décorer de zestes d'orange et déguster.

undefinedUn régal pour ceux qui aiment le chocolat amer.
(vous pouvez rajouter un peu de sucre glace dans la crème si vous n'aimez pas l'amertume)

Mes 2 testeurs Roro et Pat se sont régalés…

Et on peut leur faire confiance à ces deux gloutons ! Heu... connaisseurs !




Tête de Loup
commentaires Epine noire
Repost 0